Rechercher

S'adopter soi-même

Mis à jour : 29 oct. 2019




Je me nomme Divine Sylvia Amba Calderon. Je suis née aux Philippines le 9 août 1987 à Cagayan De Oro, sur l’île de Mindanao. Ma mère m’a abandonnée à l’hôpital 10 jours après ma naissance car elle était dans l’incapacité de payer les frais d’hôpitaux. J’ai donc vécu mes premiers mois dans un orphelinat. C’est à l’âge de 21 mois qu’une famille du Québec m’adopte pour de bon. Je serai alors rebaptisée sous le nom de Pascale Genest. J’ai grandi dans une famille relativement stable et heureuse avec des parents aimants et attentionnés.


Malgré tout, j’ai senti très vite que je n’étais pas à ma place. Étant la seule asiatique de mon école primaire, j’ai été victime de racisme et d’humiliation. Tous ces « Retourne dans ton pays, tête de riz » n’ont clairement pas aidé à mon intégration et à mon acceptation en tant qu’enfant adopté. Déjà très jeune, j’étais consciente que tous ces sentiments que je ressentais face à mon adoption avaient une raison d’être. Que malgré ce que les gens pouvaient me reprocher, je ne devais pas ignorer ces sentiments refoulés. Mais c’est pourtant ce que j’ai fait jusqu’à mes 28 ans. Avec le temps, j’ai appris à combler les trous manquants de mon histoire avec des moments heureux de ma vie présente.


Pour moi, être adoptée, c’est s’adopter soi-même, s’accepter avant tout. Même si ça n’a pas toujours été facile, je suis parvenue à trouver la paix en ne laissant pas mes blessures du passé me transformer en une personne que je ne suis pas. Mais tout ça, je ne l’ai pas fait seule. J’ai trouvé le courage de chercher l’aide dont j’avais besoin pour me reconstruire auprès du Regroupement des personnes adoptées à l'international sans frontières.





  • Facebook
  • Instagram
 Abonnez-vous à notre infolettre !
tous droits réservés 2019